“Emotion Wars”, tout savoir sur vos émotions–Episode 4 : La force vous maîtriserez !

Transformez votre quotidien et accédez au bonheur scientifiquement prouvé

“Emotion Wars”, tout savoir sur vos émotions–Episode 4 : La force vous maîtriserez !

Force émotion

Attention cet article pourrait changer votre quotidien !!! Ne le lisez pas !!!

Bonjour à toutes et tous et merci de consulter cet article.

Top générique

De nos jours, dans notre galaxie, sur notre bonne vielle terre…

Précédemment dans “Emotion Wars Saga” :

  • Dans l’EPISODE 1, nous avons fait connaissance avec les 6 émotions de base qui constituent notre palette émotionnelle.

  • Dans l’EPISODE 2, vous avez pu découvrir comment vos émotions avaient la faculté de court-circuiter votre raison et surtout comment reprendre le contrôle de votre cerveau via la relaxation et la méditation.

  • Dans l’EPISODE 3, vous avez été initié aux forces du jedi émotionnel.

Dans l’EPISODE 4, je vous propose 5 applications concrètes pour développer votre intelligence émotionnelle et devenir un véritable jedi maîtrisant la force.

Une petite remarque avant de démarrer, je vous conseille vivement de lire a minima l’EPISODE 3 avant ou après la lecture de ce qui suit, cela n’est pas indispensable mais pourra vous aider à resituer l’intérêt de chacune des applications.

Ceci étant dit, entrons sans plus attendre dans la pratique, jeune padawan.

Application 1 : Repérez vos séquences émotionnelles pour augmenter votre conscience de vos propres émotions

Objectif : Acquérir une conscience plus accrue des émotions que vous traversez régulièrement.

Cette application sert le plus souvent à prendre conscience de ce qui se joue chez vous lors du ressenti d’une émotion négative dans l’optique de vous permettre de repérer ce qui pourrait vous rendre les choses plus confortables.

Toutefois, il est tout aussi intéressant de l’utiliser dans le cas des émotions positives pour identifier leurs ingrédients et ainsi être en mesure de les reproduire à volonté. “Ad libitum” comme le dirait un musicien.

  1. Pensez à une situation qui revient régulièrement dans votre vie et qui engendre chez vous une émotion.
    1. C’est bon vous avez une situation ?
    2. La dernière fois que vous avez rencontrez ce genre de situation, c’était où, quand, avec qui ?
  2. Dans cette situation quels sont, selon vous, les déclencheurs de l’émotion ?
    1. Quels sont les déclencheurs provenant de l’environnement ? C’est à dire qui ne viennent pas de vous. Par exemple, le comportement d’une autre personne, un lieu particulier…
    2. Quels sont les déclencheurs provenant de vous ? Ceux-ci sont liés à vos croyances aux pensées qui vous viennent dans la situation. Par exemple, je ne suis pas capable de…, je ne vais pas y arriver…, je ne suis pas à la hauteur…, je me sens utile…, je me sens bien… Et j’en passe bien entendu.
  3. Quels sont vos comportements, vos actions dans la situation ? Qu’est ce que vous faîtes précisément ? Décrivez tout ce qui se voit et s’entend de vos comportements (vos gestes, votre manière de vous tenir, votre façon de parler…)
  4. Quelles sont vos pensées dans la situation ? Qu’est ce que vous vous dîtes dans la situation ? En somme, que vous dit la petite voix qui parle dans votre tête ?
  5. En quoi vos pensées entretiennent-elles la situation ? Par exemple, imaginons que vous ayez vu un serpent et que vous en ayez peur, vous pouvez commencez à vous imaginer et à vous dire que celui-ci va vous attaquer, ce qui aura pour effet d’augmenter votre émotion.
  6. Comment nommez vous cette émotion ? Est-ce de la peur, de la tristesse, de la colère, du dégoût, de la surprise, de la joie ? Ou encore une émotion auquel vous donnerez le nom que vous souhaitez : de la honte, de l’anxiété, du chagrin, de l’amour, de l’excitation… Bref, le répertoire est infini… Choisissez une appellation qui vous parle. Vous pouvez même inventer un mot qui n’existe pas si cela a plus de sens pour vous…
  7. Qu’est ce qui est important pour vous dans la situation ? Quels sont les besoins à satisfaire ? Identifier avec sincérité ce qui est le générateur de cette émotion. Par exemple, je ressens un manque de considération parce que mon/ma conjoint(e) ne m’a pas demandé(e) comment s’est passée ma journée. Ce qui génère chez moi cette émotion négative est le besoin de reconnaissance.
  8. Qu’est ce qui vous permettrait de tirer avantage des informations que vous venez de récolter
    1. Dans le cas d’une émotion négative :
      1. Qu’est ce qui selon vous vous permettrait de vivre cette situation de manière plus confortable ? Si je reprends mon exemple du manque de reconnaissance. Il est possible que me dire que mon/ma conjoint(e) est peut-être simplement fatigué(e) ou encore qu’il/elle me manifeste de la reconnaissance à d’autres moments de la journée pourra m’aider.
      1. Dans le cas d’une émotion positive :
        1. Qu’est ce qui vous permettrait de reproduire cette émotion plus souvent ?
    2. Comment allez-vous faire pour appliquer concrètement de nouvelles manières de gérer cette émotion ? Que pouvez vous mettre en place en premier ?

    Application 2 : Allez à la rencontre de vos émotions pour apprendre à les maîtriser

    Objectif : S’occuper de son émotion au lieu de la combattre ou de la refuser.

    1. Identifiez une situation qui vous provoque une émotion désagréable d’inconfort, de gêne, de peur, de tristesse ou encore de colère.
    2. Fermez les yeux et repensez à cette situation.
    3. Laissez-vous ressentir ce qui se passe dans votre corps.
    4. Laisser votre respiration s’amplifier.
    5. Laissez-vous ressentir les changements qui se déroulent dans votre corps.
    6. Une fois que vous avez ressenti tout ce que vous avez à ressentir, repérez ce qui a changé au niveau de vos pensées.
    7. Remerciez-vous de vous être autorisé à ressentir pleinement votre émotion.

    Cet exercice qui peut vous paraitre tout à fait banal est très efficace.

    En effet, le fait de vous autoriser à vivre pleinement une émotion désagréable permet à cette dernière de faire son travail, de suivre son cours naturel et donc de se dissoudre plus rapidement.

    Cela peut se résumer en disant qu’en matière d’émotion, ce à quoi vous résistez persiste et ce à quoi vous faites face s’efface.

    N’hésitez pas à reproduire cette application simple à chaque fois que vous vous sentez happé ou submergé par une émotion négative.

    De surcroît, avec la pratique vous serez en mesure de reconnaitre très tôt la signature de chacune de vos émotions.

    Application 3 : Augmentez votre optimisme et votre capacité à vous automotiver

    Inspiré des travaux de Seligman (2008). Vous trouverez une version plus complète de cet outil dans mon article sur l’optimisme.

    Objectif : Augmenter votre niveau d’optimisme par la remise en question de vos pensées pessimistes.

    1. Identifier une situation dans laquelle sont nées des pensées pessimistes. C’était où, quand, avec qui ?
    2. Que me dit ma petite voix intérieure :
      1. Au moment où cette situation se déroule ?
      2. Maintenant que je repense à cette situation ?
      • Qu’est-ce que ces pensées pessimistes me font faire, ressentir et penser ?
      • Qu’est-ce que ces pensées pessimistes m’empêchent de faire, ressentir et penser ?
      • Qu’est-ce que je penserais, ferais ou ressentirais si ces pensées pessimistes étaient absentes ?
      • Sur quoi, concrètement sont fondées ces pensées pessimistes ? Quelles sont les preuves tangibles et concrètes sur lesquelles je base ces pensées pessimistes ?
      • Quelles sont les manières moins destructrice d’interpréter la situation ? Quels autres angles de vue plus positifs sont possibles ?
      • Quelles sont les autres causes possibles à mes pensées pessimistes ?
      • En quoi ces pensées pessimistes me servent-elles ?
      • Comment puis-je transformer mes pensées pessimistes ?
      • Comment est-ce que je me sens à présent que j’ai remis en cause mes pensées pessimistes ?

      Application 4 : Synchroniser-vous à l’autre pour augmenter votre conscience de ses émotions.

      Objectif : Allez à la rencontre de l’autre pour augmenter votre conscience de ses émotions et facilitez la communication.

      Se synchroniser ? Késako ?

      Cela est assez simple au final…

      Une des techniques consiste à se synchroniser sur le non-verbal de votre interlocuteur. Je m’explique…

      L’idée est d’adopter une posture physique sensiblement similaire à celle de votre interlocuteur.  Bien entendu, il ne s’agit pas de “singer” l’autre, ce qui se verrait et serait contre-productif… Non, non, l’objectif poursuive est de se caler, de s’accorder, avec élégance, aux micro-comportements de la personne qui se trouve en face de vous.

      Pour ce faire vous pouvez vous baser sur :

      • Sa respiration et respirer sur le même rythme
      • Sa posture physique : Votre interlocuteur à les jambes croisées, croisez les bras…
      • Le volume de sa voix : La personne parle plus fort que vous, augmentez sensiblement le volume de votre voix…
      • La rapidité de son élocution : La personne en face de vous parle plus lentement que vous, ralentissez un peu votre rythme…
      • Etc… Vous pouvez en fait utiliser tout ce que vous observez chez l’autre et faire en sorte de vous en rapprochez. A partir de là, je laisse votre imagination prendre ses ailes.

      De la même manière, vous pouvez aussi vous désynchroniser, c’est à dire vous éloigner de la posture physique de votre interlocuteur pour indiquer que vous voulez mettre fin à l’échange.

      Par exemple, à la fin d’une conversation, prenez un rythme respiratoire différent, une posture, un ton de voix qui s’éloignent de ceux de la personne avec qui vous parlez.

      Application  5 : Changez vos positions de perception pour augmenter votre maîtrise de vos relations avec les autres

      Objectif : Prendre de la distance dans les situations où vous êtes en désaccord ou en conflit avec une autre personne.

      Identifiez une situation de conflit ou de désaccord avec une autre personne. Rappelez-vous la scène dans son ensemble : lieux, contexte, période, sujet de la discorde…

      Prenez 4 feuilles de papier et inscrivez :

      • Sur la première : MOI
      • Sur la deuxième : AUTRE
      • Sur la troisième : OBSERVATEUR
      • Sur la quatrième : EXTRA-TERRESTRE

      Positionnez ces  feuilles devant pour qu’elles forment un carré

      Allez sur la feuille “MOI” et demandez-vous :

      • Quels sont mes comportements dans la situation ?
      • Qu’est-ce que je dis ?
      • Qu’est-ce que je me dis à moi-même ?
      • Quelles sont mes émotions ? Qu’est-ce que je ressens ?
      • Qu’est-ce que je veux dans la situation ? Quel est mon objectif ?

      Sortez du “MOI” et faîtes quelques pas

      Allez sur la feuille “AUTRE” et imaginez que vous êtes un acteur et que vous vous glissez dans les chaussures de l’autre personne. Vous prenez sa posture, sa manière de respirer, sa façon de voir les choses, son histoire, ses perceptions… C’est bon, vous êtes l’autre ? Alors demandez-vous :

      Comment se passe la situation pour moi ?

      • Qu’est-ce que je me dis ?
      • Qu’est-ce que je ressens ?
      • Qu’est-ce que je veux dans la situation ? Quel est mon objectif ?

      Sortez de “AUTRE” et faîtes quelques pas

      Revenez sur la feuille “MOI” et demandez-vous :

      • Comment les informations que j’ai recueillies me permettent-elles d’enrichir mon point de vue ?
      • Comment puis-je en prendre compte ?

      Allez sur la feuille “OBSERVATEUR” et imaginez que vous êtes une caméra de cinéma qui filme l’interaction entre vous et votre interlocuteur. Votre regard est neutre et désimpliqué. C’est bon vous êtes prêt à filmer ? OK, posez-vous les questions suivantes :

      • Qu’est-ce que j’observe dans la situation ?
      • Quels conseils est-ce que je donnerais qui permettraient d’impacter positivement la situation ?

        Revenez sur la feuille “MOI” et demandez-vous :

        • Comment les informations que j’ai recueillies me permettent-elles d’enrichir
          mon point de vue ?
        • Comment puis-je en prendre compte ?

        Allez sur la feuille “EXTRA-TERRESTRE” et imaginez que vous observez de très loin ce qui se passe

        Qu’en dîtes-vous ?

          Revenez sur la feuille “MOI” et demandez-vous :

          • Comment les informations que j’ai recueillies me permettent-elles d’enrichir
            mon point de vue ?
          • Comment puis-je en prendre compte ?

          C’est la fin du parcours… J’entends d’ici un “OUF” de soulagement. Encore 3 petites questions. On ne va tout de même pas se quitter comme ça :

          • Quel est mon ressenti à l’issue de ce parcours ?
          • Qu’est-ce que ce parcours m’a appris de la situation de conflit ou de désaccord ?
          • Qu’est-ce que je peux mettre en place pour gérer la situation de manière plus confortable ?

          BRAVO à vous d’avoir accompli ces travaux Winking smile 

          Voilà, j’en arrive au terme de cet article. A vous de jouer et d’avancer dans la maîtrise de la force du “jedi émotionnel”.

          Un grand merci à vous de m’avoir lu.

          Cet article marque la fin de la première quadrilogie de la saga “Emotion Wars ”. Je vous invite prochainement pour une deuxième session, le temps pour la production de trouver les fonds, de réaliser le casting…

          Vous êtes libre de me dire ce que vous pensez de cette quadrilogie dans les commentaires. Cela me rendrait un grand service de savoir ce qui vous a plu mais aussi ce qui, selon vous, serait à améliorer. A vos claviers.

          Biblio…

          Goleman, D., & Piélat, T. (2003). L’intelligence émotionnelle: accepter ses émotions pour développer une intelligence nouvelle. J’ai lu.

          Couzon, E., & Dorn, F. (2007). Les émotions: développer son intelligence émotionnelle. ESF.

          Partagez votre science
          •  
          •  
          •  
          • 1
          •  
          •  

          Laisser un commentaire

          Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *