Je vais mieux…

Transformez votre quotidien et accédez au bonheur scientifiquement prouvé

Je vais mieux…

vie du blog

Attention dans cet article, il y a un risque important de racontage de vie !

Un conseil : Ne le lisez pas !

Sachez, vous qui entamez avec un enthousiasme certain la lecture de cet article, qu’il est un peu particulier pour moi. En effet, il constitue la 26ème publication du blog des sciences pour changer de vie.

OK ! A cet instant, je sais ce que vous vous dîtes… Votre réaction à cette entrée en matière ressemble probablement à quelque chose du genre : “Et alors ?”.

Et bien… Pour tout vous dire, si ce 26ème article revêt un caractère spécial pour moi c’est qu’il signifie que, sans y avoir pris garde, j’en suis à mi-parcours dans la réalisation du défi que je me suis lancé il y a quelques mois de cela :

Publier chaque semaine, pendant une année, un article aux bases scientifiques solides qui vous aidera à transformer votre vie.

Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir tout ce qu’il y a à savoir sur ce challenge (un peu fou) et sur mes motivations à le réaliser, je vous invite à cliquer sur ce lien : Mon défi : 1 an et 52 concepts scientifiques pour transformer votre vie.

Pour être tout à fait franc avec vous, et pour m’appliquer à moi-même les conseils que je vous donne en matière de réalisation des objectifs que l’on se fixe , j’ai envie de profiter d’être à la moitié du chemin pour faire dans les quelques lignes qui suivent, un petit arrêt sur image dans l’optique d’évaluer le travail réalisé et de célébrer les réussites et les succès déjà acquis.

Un petit avertissement aux lecteurs qui sont arrivés jusqu’ici ! Je tiens à vous informer solennellement qu’à partir de ce point vous vous exposez un risque majeur : Celui d’être exposé à ce que l’on peut qualifier de “racontage de vie…”

Vous voilà prévenu. Maintenant, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !!!

A ce stade, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter “chance et vaillance” pour la suite. Peut-être nous reverrons-nous un de ces jours.

La vie du blog

Pour commencer, il est très important pour moi d’adresser à chacun et chacune d’entre vous mes plus sincères remerciements pour l’intérêt que vous portez au blog et aux contenus que j’y publie.

Ainsi, de semaine en semaine, de mois en mois, vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre et à consulter les articles, les podcasts et les vidéos qui paraissent.

Sachez que cela est pour moi une source importante de motivation qui m’incite à poursuivre l’aventure et à développer toujours plus de nouveaux projets. D’ailleurs, pleins de nouvelles choses sont en préparation actuellement mais je ne puis vous en dire davantage…

Pour appuyer mon propos, j’aimerai partager avec vous quelques chiffres, dont je suis très fier, qui résume selon moi le blog et son activité.

A ce jour, le blog des sciences pour changer de vie c’est :

  • 27 semaines d’existence
  • 26 articles publiés (et oui un problème technique a eu raison d’un article), dont 2 podcasts et 2 vidéos.
  • 1050 personnes différentes ayant visitées le blog (soit environ 40 par semaine)
  • 5500 pages vues (soit environ 200 par semaine)
  • 105 abonnés sur la page facebook
  • 1 chaine youtube (née en février)

Alors que les choses soient dites et bien dites :

MERCI A VOUS !!!

La vie de l’auteur du blog

Ah oui… c’est moi… Je vous ai prévenu : “gros racontage de vie en vue !!!”

Tout d’abord, sachez que si j’ai choisi d’intituler ce 26ème article : “Je vais mieux”, c’est en référence à un roman du même nom de David Foenkinos.

Ce livre, dont je vous recommande vivement la lecture, narre l’histoire d’un homme qui voit sa vie totalement bouleversée suite à l’apparition d’une petite douleur à la base de son dos. Cette dernière, insignifiante au départ, prend de plus en plus d’ampleur tout au long de l’intrigue et amène le personnage principal à reconsidérer l’entièreté de son existence : son travail, son couple, ses croyances sur la vie… et j’en passe. 

Je ne peux résister ici à l’envie de vous en proposer les toutes premières lignes, histoire de vous mettre l’eau à la bouche.

On sait toujours quand une histoire commence. J’ai immédiatement compris que quelque chose se passait. Bien sûr, je ne pouvais pas imaginer tous les bouleversements à venir. Au tout début, j’ai éprouvé une vague douleur ; une simple pointe nerveuse dans le bas du dos. Cela ne m’était jamais arrivé, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. C’était sûrement une tension liée à l’accumulation de soucis récents…

J’en reviens à ma vie…

La descente aux abîmes

En fait, cette histoire par bien des aspects, c’est un peu la mienne… En effet, comme le personnage principal du roman, j’ai moi aussi connu l’installation progressive de problèmes de santé, non sous la forme d’un mal de dos, mais sous celle de problèmes de peau (eczéma, rosacée et séborrhées sur le visage) qui m’ont littéralement conduits (et me conduisent toujours) à repenser ma vie et à en prendre le contrôle véritable.

Ainsi, depuis quelques mois et pour la première fois de mon existence, j’ai l’intime conviction de suivre un chemin que j’ai vraiment choisi… Un chemin qui m’amène chaque jour à prendre le contrôle de ma vie, de mon corps et de ma santé tant physique que psychologique.

Pou vous permettre de situer les choses plus précisément, voici les grandes étapes de mon parcours :

  1. Je suis né couvert d’eczéma et avec une malformation cardiaque. Bien entendu, je suis pleinement conscient qu’il existe des situations plus complexes et plus tragiques que la mienne mais voilà, sans vouloir entrer dans le pathos, je puis dire que les fées de la bonne santé ne se sont, a priori, pas penchées sur mon berceau. Au regard de ces ennuis de santé, vous ne serez pas étonner si je vous dis que j’ai passé une enfance en compagnie de deux amis : les médicaments et les démangeaisons.
  2. A 16 ans, j’expérimente pour la première fois la chirurgie à coeur ouvert. Sans entrer dans les détails, je dirais que l’opération ne se passe pas exactement comme prévue et qu’après plusieurs semaines d’hospitalisation, je me retrouve l’heureux porteur d’une pile qui aide mon cœur à battre régulièrement.
  3. A 24 ans, nouvelle opération et nouveau séjour à l’hôpital. Cette fois-ci, l’objectif est de remettre d’aplomb les séquelles de la première chirurgie. Là non plus, les choses ne se passent pas “tout droit” et je me vois dans l’obligation de tenir le lit pendant quelques semaines.
  4. A 35 ans, le temps est à nouveau venu de mettre mon cœur à nu. Cette fois-ci, les choses se passent bien ce qui me permet d’envisager mes soucis cardiaques avec plus de sérénité.

Avant de poursuivre, je profite d’avoir mis par écrit pour la première fois ce parcours chirurgical, pour remercier sincèrement les médecins et chirurgiens qui, n’ayons pas peur des mots, m’ont permis d’être là aujourd’hui et de taper, pour votre plus grande satisfaction, ma vie sur ce clavier…

Voilà pour les “trucs” qui peuvent paraitre lourds. Et pourtant… Ce ne sont pas eux qui sont directement à l’origine des bouleversements que je vis depuis 2 ans… Non, non, non… Cela serait trop simple…

En fait, en parallèle de ces péripéties hospitalières, un mal insidieux s’est installé très progressivement chez moi. Un mal, certes bénin sur le plan médical, qui m’a méthodiquement miné et mis à genou sans que je n’y prenne garde. Un mal, ou devrais-je dire des maux dégradant ma peau dont les doux noms résonnent encore aujourd’hui en mon esprit : eczéma, irritations, séborrhées, desquamations, état pelliculaire sévère, boutons, rosacée, papules, pustules… Bref, toute une bande de compagnons des plus agréables dont je vous laisse, si le cœur vous en dit, aller chercher sur internet des illustrations.

En y repensant aujourd’hui, ma peau n’a fait que se dégrader depuis ma seconde opération. Ainsi, depuis cette période, mon teint s’est mis à perdre de son éclat au fil des mois, et à l’aube de ma dernière intervention cardiaque, j’en étais réduit à lutter chaque jour contre des démangeaisons intenses sévissant sur de nombreuses parties de mon corps. Dans le même temps, mon visage, à la fois terne et rouge, servait de terrain de jeu à de plus en plus de boutons et d’irritations. 

Mais bon… j’avais toujours eu des problèmes de peau et, pour dire vrai, à cette période je pensais sincèrement que ces dérangements de plus en plus forts étaient causés par mes problèmes de cœur. Dès lors, je me disais que la troisième opération qui approchait allait régler tout cela.

Une fois que celle-ci fut faite, c’est effectivement ce qui se passa : mon état de santé général s’améliora et mes problèmes de peau se firent la malle… Mais cela ne fût qu’un phénomène éphémère. Ainsi, en quelques semaines ces joyeusetés avaient fait leur grand retour : eczéma, démangeaisons et boutons ; avec cette fois-ci une attaque particulièrement franche au niveau du visage.

En sus, pour couronner l’ensemble, je me suis mis à être de plus en plus allergique à certaines substances telles que : le pollen, la poussière, les plumes d’oreiller, la fumée de cheminée, les poils de chats…

Enfin, le clou du spectacle survint dès lors qu’après chacun de mes repas, je subissais de vives crises de démangeaisons sur l’ensemble de mon corps…

Bref, tout cela était des plus festif. Ainsi, de jour en jour, je m’épuisais dans une lutte incessante contre les démangeaisons et les allergies et parallèlement, je subissais une dégradation de plus en plus profonde de ma confiance en moi et de mon estime de soi en raison de l’état de la peau de mon visage.

A ce moment, je me voyais comme un monstre hideux, défiguré, boutonneux, in-regardable…

Dès lors, le temps passant, une fatigue physique et psychologique s’installa en moi. Je parvins de moins en moins à réaliser les tâches du quotidien : tout prenait des proportions extravagantes. Je ressentais en permanence de la tristesse et n’avait plus goût à rien. Je sortais de moins en moins pour éviter le regard des autres et me réfugiais dès que je le pouvais dans la sécurité de la solitude.  En fait, lorsque je me levais le matin, je n’attendais qu’une chose : aller au lit pour ne rien avoir à faire et être hors de la vue du reste du monde.

Au bout de quelques temps, le psychologue que je suis se réveilla et posa, sans trop de difficulté un diagnostic, celui de la dépression. J’étais au fond du gouffre et non content de m’y trouver, j’avais pris une pelle pour creuser davantage mon trou…

La renaissance de l’espoir

Dès lors que je prends pleinement conscience de mon état psychologique, je me décide à lâcher ma pelle, à arrêter de creuser et à me lancer dans la confection d’une échelle qui me permettra de sortir des abysses où je me trouve.

A ce moment, le tableau clinique est celui-ci :

  • Rosacée avancée (c’est-à-dire boutons et rougeurs permanentes sur le visage)
  • Eczéma permanent sur plusieurs parties du corps (et les démangeaisons insupportables qui vont avec)
  • Crises d’allergies de plus en plus fortes et fréquentes
  • Dépression (et avec elle son lot de questions existentielles du type “quel est le sens de ma vie”, “qu’est-ce que je fais de mon existence ?”…)
  • Crises de démangeaisons sévères après chaque repas (me laissant penser à des allergies alimentaires)

Ma première action pour me sortir des griffes de mes problèmes consiste à taper aux portes de la médecine allopathique. Dès lors, je démarre ce que j’appelle un marathon médical : allergologues, médecins généralistes, dermatologues, pharmaciens… En quelques mois, je consulte un certain nombre de spécialistes. Le résultat principal de ces rendez-vous se résume en la prescription de médicaments et de crèmes en tout genre (à base d’antibiotiques et de corticoïdes) que je vais prendre et m’appliquer religieusement pendant plusieurs semaines d’affilée.

Au bout d’un moment, ne constatant pas d’améliorations notables (voir même des phénomènes de dégradation), je me décide à envisager d’autres voies que certains qualifient d’alternatives : acupuncture, magnétisme, aromathérapie, hypnose, naturopathie… Ces méthodes, bien que m’apportant des améliorations et des soulagements momentanés, ne m’apparaissent pas suffisantes pour m’amener de manière durable vers la santé et le mieux-être.

Je ne vous cache pas qu’à ce stade, ce n’est pas la grosse patate. Le désespoir est à son paroxysme dans la mesure où je ne sais plus vers quel interlocuteur me diriger…

Au fond de moi, j’ai la certitude que tous mes maux, tous mes symptômes sont liés entre-eux par une cause commune. Cette cause, qui constitue la clé de ma santé, il me faut la mettre à jour coûte que coûte… A cet instant, je sais que je n’ai pas d’autres choix pour avancer.

Je me décide donc à prendre directement les choses en main et initie des recherches personnelles, glanant de droite et de gauche, sur internet, dans les livres, des parcelles d’informations que je m’efforce d’assembler pour les rendre intelligibles du point de vue de ma situation.

Il serait trop long de vous relater ici le fil de mes investigations tant les choses ont été complexes et morcelées. Cela mériterait la rédaction d’un article complet. Ce que je peux vous dire, c’est que petit à petit, j’ai été en mesure d’identifier 2 éléments probablement à l’origine de mon état lamentable :

1. La présence d’une candidose chronique.

Il s’agit d’une affection due à une levure naturellement présente chez chacun, mais qui chez moi s’est sur-développée au sein des intestins. Pour vous la faire courte, disons que pendant mes années d’adolescence et de jeune adulte, je n’ai pas eu une alimentation au top, ce qui a permis au candida (c’est le nom de cette levure) de prospérer ; ce dernier empêchant mon corps de dégrader correctement les aliments que je mangeais, laissait passer dans mon organisme des substances qui n’avaient rien à y faire, ce qui, en bout de chaine, provoquait chez moi tout un tas de manifestations dont je vous ais déjà parlé (problèmes de peau, allergies…).

2. Un fonctionnement psychologique défaillant.

Bien qu’étant moi-même formé concernant le fonctionnement psychologique. Il s’avère que je ne m’étais jamais appliqué à moi-même les fondamentaux de la santé mentale. Ainsi, arrivé à 35 ans, je me retrouvais pris au piège de vieux schémas mentaux qui m’empêchaient d’avancer, de faire ce que j’avais vraiment envie dans la vie et donc qui entravaient mon bonheur.

Où en suis-je aujourd’hui ?

J’ai changé mon régime alimentaire. A ce jour, celui-ci laisse la part belle aux légumes crus et cuits en tout genre, à la viande blanche et au poisson.

J’ai complètement (ou quasi-complètement) arrêté pour le moment tout ce qui était susceptible de nourrir l’hôte champignonesque qui est en moi, à savoir : les pâtisseries,  les pâtes, le pain, les laitages (sauf quelques fromages), la viande rouge, les sucreries, l’alcool… et j’en passe.

Ce nouveau mode d’alimentation bien que très drastique, j’en ai conscience, m’a permis de sortir la tête de l’eau et de constater petit à petit, des améliorations concernant les manifestations de mes symptômes.

Ainsi, à ce jour, mes allergies ont complètement disparues et j’ai pu arrêter les anti-histaminiques, mon eczéma s’est réduit de 90%, je n’ai plus de démangeaisons après les repas, mes irritations au niveau du visage ne sont plus et ma rosacée est en nette régression. Bien entendu, ce serait mentir que de dire que tout est réglé, que chaque jour est une bulle de bonheur, néanmoins, même si parfois des dégradations momentanées apparaissent, j’ai l’espoir que ma guérison se poursuive inexorablement. 

En outre, la cerise sur le gâteau est que je dispose aujourd’hui dans mon quotidien d’une énergie dont je ne soupçonnais mêmes plus l’existence chez moi.

J’ai entamé une psychothérapie. Eh oui… même un psychologue peut en avoir besoin. Ce travail sur moi-même m’a sincèrement apporté. Il m’a permis de m’extirper de vieux modes de fonctionnement, de mieux supporter la danse des symptômes physiques, de reprendre confiance en moi et de retrouver du respect pour ma personne. Là encore, même si j’ai fait du chemin, il y a encore du pain sur la planche…

J’ai suivi et suit encore à ce jour des formations pour réaliser du coaching professionnel et de l’hypnose. Le fait d’être mieux dans mon corps et dans ma tête m’a permis de mettre au jour une chose importante pour moi, une mission de vie pourrait-on dire : apprendre sur le fonctionnement humain et accompagner les autres. Pour ce faire, je me suis lancé dans une professionnalisation en suivant 2 formations sur le coaching professionnel et l’

Je vais m’installer à mon compte en tant que psychologue en septembre 2019. C’est la prochaine étape professionnelle importante pour moi. Eh oui… je vais mettre ma plaque comme on dit et cela se fera dans la région de Fougères en Ille-et-Vilaine. Alors si vous êtes dans ce coin, n’hésitez pas à me contacter…

Et le blog dans tout ça…

Avant de mettre un terme à cet article-bilan qui, qu’on se le dise, n’a que trop duré, j’aimerais vous faire part de quelques nouvelles concernant le blog.

Je préfère vous prévenir, j’en ai une bonne et une mauvaise…

Allez, la mauvaise d’abord : Il n’y aura pas de publications sur le blog pendant 3 semaines. En effet, je souhaite prendre quelques vacances et me donner du temps pour profiter de ma petite famille et organiser ma nouvelle vie à venir. Il est bien sûr entendu qu’après ce break, je vais reprendre mon défi là où je l’ai laissé…

La bonne maintenant : je vous prépare un projet tout spécial qui comprendra 24 vidéos + 1 interview… et cela avant l’été si tout se passe comme prévu… je m’y emploie.

Voilà, j’en arrive au terme de cet article. Un grand merci à vous de m’avoir lu et de me suivre de plus en plus nombreux chaque jour et chaque semaine.

Merci de partagez cet article autour de vous cela m’aide à faire connaitre le blog à de plus en plus de monde.

N’hésitez pas à vous abonnez à la page facebook et à la chaine youtube du blog pour suivre ses actualités et bénéficier de contenus exclusifs.

Ma source d’inspiration

David Foenkinos (2014). Je vais mieux. Folio Éditions.

Procurez-vous cet excellent roman sur le site des libraires en cliquant ICI

Partagez votre science :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​En complément des articles, offrez-vous gratuitement l'ebook "Les 5​ clés scientifiques du bonheur" et découvrez comment transformer votre quotidien et vous épanouir.